L’émouvant message de Philippe Close, bourgmestre de Bruxelles-Ville

Écrit par Jean-Pierre le 20 juillet 2017. Publié dans Actualités générales, PS Bruxelles

20139921_1202223893217688_2565749681017614815_n

Voici l’émouvant message de Philippe Close qui a prêté serment et est devenu Bourgmestre de la Ville de Bruxelles. « C’est aujourd’hui que je prête serment et ce matin j’ai passé 2 coups de téléphone. Le premier à Ida, vous êtes sans doute peu à la connaître mais c’est une femme qui compte énormément pour moi : une femme engagée qui a consacré sa vie à l’enseignement et à la défense des causes sociales mais c’est aussi la femme de Roger Lallemand. J’ai voulu lui dire combien je pense à Roger en ce jour. C’est bizarre car les jeunes générations ne s’en souviennent peut-être pas mais il fait partie de ces personnalités qui ont marqué la vie politique belge : c’était mon premier patron et à ses côtés j’ai appris la rigueur juridique, l’éthique de l’engagement politique et la défense des causes justes. Il ne se passe pas une semaine sans que je pense à lui et j’avais besoin d’en parler à Ida.

Ensuite j’ai appelé Cécile, ancienne danseuse de chez Béjart elle a rencontré dans sa jeunesse un prof et militant socialiste qui a également profondément marqué ma vie. Ce prof, son mari, c’est Freddy Thielemans. A ses côtés j’ai compris qu’on pouvait occuper une haute fonction et rester simple et proche des gens. Je lui disais souvent, en boutade, qu’il était le dernier des Mohicans, que des bourgmestres comme lui étaient en voie d’extinction : avoir de l’ambition pour sa Ville, la chérir et la promouvoir tout en veillant au bien-être des habitants. Être aussi à l’aise en recevant un chef d’Etat qu’en portant l’arbre du Meyboom, toujours se souvenir qu’on est là pour servir la population et qu’on doit lui rendre des comptes, saluer les services publics qui rendent notre Ville plus agréable : voici ce que Freddy m’a transmis et qui restera la base de mon action politique.

Ida et Cécile, merci de m’avoir écouté aujourd’hui, j’avais besoin de vous parler et surtout de vous entendre. Je sais que Roger et Freddy sont à mes côtés. »